Rechercher dans ce blog

Nombre total de pages vues

vendredi 25 mars 2011

L'ancien Paris des Apaches.



Les apaches dans la
rue...
copyright Albert
Harlingue/ Roger-
Viollet.


crédit photo
Roger-Viollet :
Arrestation d'apaches
dans un bar parisien (1907)...

crédit photo
Roger-Viollet :
Attaque de
Gardiens de la
Paix par des
Apaches (1881)...
Dessin de H.MEYER


A l'aube du 20 ème siècle, sévissaient dans nos faubourgs parisiens des bandes de détrousseurs, bandits de grands ou moyens chemins, habiles bagarreurs et fins truands ou proxénètes, qui se reconnaissaient en tant que tels sous le vocable d'apaches.

Ce nom de peuple glorieux fait bien entendu directement référence à Geronimo lui même, et à ses valeureux guerriers apaches.

Quelques signes distinctifs leurs permettaient d'être reconnus, des tatouages simplistes & réduits à leur plus simple expression (larmes-oeil de biche-cordes-chaines-poignards...), le port de la casquette typique (Titi) parisienne, et un goût prononcé pour la belle chausse !

Bien souvent jeunes et regroupés en clans ou en bandes, ces derniers volaient, extorquaient, réglaient leurs comptes sans hésiter à user de violences pour parvenir à leurs fins, quitte à en découdre avec la police de l'époque lorsqu'ils étaient pris sur le fait, la mains dans le sac, ou poursuivis par la clameur publique.
Ces jeunes voyous aimaient se montrer, se mettre en avant lors de hauts faits d'armes, à l'occasion de rixes parfois sanglantes entre gangs rivaux ou de bagarres dantesques avec les sergents de l'époque.

L'ampleur du phénomène apache conduisait les agents de police à organiser de véritables expéditions dissuasives destinées à mettre fins à ces agissements criminels qui terrorisaient une frange croissante de la population qui désertaient à certaines heures des quartiers comme la rue Mouffetard, Ménilmontant, Bastille et autres faubourgs mal éclairés.
Adeptes de l'entourloupe, du coup du père François, du vol par ruse et du fameux Bonneto (jeu de rue où le hasard et la chance n'ont guère de place), aguerris aux rudiments du bâton et de la lame, les apaches effrayaient les nobles gens qui à partir d'une certaine heure, désertaient quelques recoins mal famés de notre illustre capitale.

Quelques photographies d'antan sont conservées et témoignent de l'intensité du mouvement, tout autant que de la formidable notoriété dont bénéficiait ces apaches d'un temps d'ailleurs, pas forcément révolu...
Le Petit Journal Illustré relatait épisodiquement les chroniques de ces jeunes apaches, comme par exemple une bagarre sur la place de la Bastille survenue le 14 août 1904 entre Sergents de ville et Apaches.

Les forces de police devaient à renfort de ruse et de patience, s'employer à réduire les activités illicites & ténébreuses de ces canailles qui ne se refusaient pas à une confrontation soudaine ou violente, ne serait-ce que pour l'exercice.

Des auteurs spécialisés en "sécurité personnelle" tels que les illustres Jean Joseph Renaud (auteur de l'ouvrage de référence :La défense dans la rue), et Emile André (auteur & maître d'arme réputé), témoignaient dans leurs ouvrages de la férocité des accrochages qui pouvaient survenir entre agents de police et apaches, à une époque où les services de la Sûreté devaient faire face à ce mouvement et porter ainsi assistance à des parisiens souvent désemparés.
Rarement dans l'histoire de la violence dite de société, les empoignades furent aussi rudes & intenses...A méditer !

Au delà des clivages, le terme d'apache conserve néanmoins une certaine connotation "affectueuse", reléguant au rang de personnages historiques marquants les agissements de nos anciens bandits, aux codes strictes et aux moeurs bien établies.

Les efforts consacrés par les services de la Sûreté, ainsi que la proximité de la première guerre mondiale et l'appel de jeunes sur les lignes de front, mirent fin à ce mouvement qui reste désormais scellé dans la postérité.

Remerciements :

Le remarquable site Paris en Images, qui présente les collections Roger-Viollet.

Hélène, de Paris en images pour ses conseils et l'aimable autorisation...

Pour toute information concernant les oeuvres & collections Roger-Viollet, contactez Paris en images.