Rechercher dans ce blog

Nombre total de pages vues

jeudi 8 mai 2014

Etre & avoir été...



                                                          Choki MOTOBU


Cela fait quelques temps maintenant que je m'interroge sur l'utilité d'un tel blog...
Par manque de temps, la vraie vie riche et trépidante reprends ses droits et c'est en étant dans le monde réel que l'on peut tacher de s'accomplir, non pas en s'imaginant faire partie d'un monde, du monde que l'on s'invente et que l'on pense connaître et qui n'est qu'illusion.

Bon vous l'aurez compris, ce soir j'avais un peu de temps à perdre (pas pour tout le monde au regard de vos sollicitations !), et envie de me divertir (j'espère que vous apprécierez), de me délier les extrémités des phalanges après les avoir fortement sollicité dans différents types d'activités moins ludiques ;-)

Mes dernières cogitations martiales, notamment avec d'autres passionnés et passionnants spécialistes en méthodes de "combat guerrier véritable", m'amènent à penser que nous touchons actuellement le fond en terme de communication et de transmission martiale. Là où certains s'inventent des légendes et racontent des histoires ou des faits d'armes auxquels ils n'ont jamais participé, d'autres publient des articles vides de sens, stériles et très éloignés de l'essence même de la pureté des arts de combat : le pragmatisme, la pratique martiale (armes naturelles & autres) assidue, la préparation en amont, le sens du discernement (anticipation),  et de l'adaptation (réactivité, timing)...

La planète martiale transite actuellement vers un vide sidéral, heureusement que des Anciens et puristes sont encore et bien présents, œuvrant activement dans l'ombre de leur discipline, sans tapage médiatique sclérosant, ni besoin de reconnaissance égotique.


Prenez quelques instants pour lire (et relire encore & encore) les vingt préceptes martiaux (kyokuns), transmis par notre cher Henry Plée*, dans ses Chroniques Martiales, et observons l'un des adages les plus essentiel :

"Si l'on n'entretient pas le feu sous le chaudron, l'eau (de la passion, de la Tradition) se refroidit".

Autrement dit, les grands maîtres du passé dont le tumultueux Choki Motobu** faisait incontestablement parti, étaient alimentés à la "source" par ce feux de la passion. Accepter ce que l'on est (on pourrait dire naît pour faire !) et s'y consacrer toute la vie durant avec humilité, persévérance, énergie créative, constance de progression est une réalisation qui se mesure à l'échelle de toute une vie. Le maître Motobu était l'un de ces précurseurs-éclaireurs, pourfendeurs de mystifications.

La période est assez jubilatoire... Les gens sont abreuvés d'une quantité d'informations complément caduques et inutilisables, destinées à faire du "buzz", de la sensation, pour la masse de ceux qui ne savent pas trop quelle discipline choisir pour devenir (très) rapidement efficace voire invincible !

La self défense business, les arts martiaux gourou fitness et les chasseurs cueilleurs des bois de la survie semblent se rassembler en petites communautés pour tenter en cette période de récession économique, de convaincre et de faire un peu d'argent sans trop se fatiguer. La survie c'est par exemple une mère ou un père de famille au chômage qui doit continuer de payer ses charges et faire ses courses en alimentant  et élevant ses enfants dignement. Le reste c'est intéressant mais c'est de la documentation, voire du loisir ou du divertissement. Durant les deux grands conflits mondiaux que notre pays a connu, les gens ne faisaient pas de la survie, ils se contentaient de vivre du mieux qu'ils pouvaient en fonction des circonstances du moment et en faisant preuve d'un remarquable courage et sens de l'adaptation. Idem pour la défense personnelle où les situations de combat au corps à corps étaient redoutées, où l'on se s'amusait pas à se faire peur mais à développer son instinct, ses capacités pour endiguer le plus rapidement possible la violence d'autrui, la contourner ou la surmonter. A l'heure actuelle, la violence est intellectualisée, les stages de "blabla-défense" (prévoir de l'aspirine post stage!) pullulent sous toutes les latitudes, d'autres pensent enseigner des méthodes de self et n'enseignent que du "conditionnement", des exercices codifiés stéréotypés, attendus, préparés etc...Certains pensent encore que recevoir passivement des avalanches de coups à l'entraînement, permet de s'endurcir, alors que c'est tout l'opposé qui s'imprime dans l'inconscient. Baser sa pratique sur le fait de s'habituer à encaisser trop de coups est la meilleur façon de les recevoir "plein pot" lors d'un instant de vérité. Puis de s'affaiblir au fil des années de pratique, le corps s'use et la perception s'émousse à force de "ramasser". Le fameux "relâchement" à la mode rabâché à toutes les sauces, est aussi une méthode d'apprentissage au demeurant fort intéressante mais qui devient encore trop souvent une finalité dans certains styles, pour se révéler... Expliquez à une victime le relâchement, elle comprendra tout de suite qu'il s'agit d'un outil inutilisable in situ mais qui peut convenir pour se relaxer et mieux appréhender sa pratique. Pour bien apprivoiser le relâchement ne faudrait-il pas connaître des états de tension ? Varier les rythmes et les techniques, tensions-relâchements, hauteurs et vitesses d’exécution, encore un précepte-kyokun...

En résumé succinct :
Pour vous détendre, ne pratiquez pas les arts de combat, faites du yoga ou de la rando en pleine nature.
Pour vous défouler, pratiquez un art de combat avec une âme et un  bon prof et percez ce qui se cache derrière (l'art pas le prof hein)...
Pour vous défendre, éviter de vous foutre dans la merde et si vous y êtes,  réfléchissez bien avant de tenter de vous en sortir, encore faut-il avoir le temps et le choix.

Mais rassurez vous, si vous cherchez, vous finirez par trouver ! Ne prenez pas ce qui est trop facilement accessible, ce qui est trop décortiqué, explicite, ce qui vous semble terriblement sexy, exotique, convaincant de prime abord...et qui va complément à l'encontre d'une quête martiale dédiée à l'efficacité et (surtout) à votre épanouissement personnel.

 Prendre l'ascendant sur son prochain n'est pas une fin en soi. l'idée serait plutôt de partir à la rencontre de soi même en s'aventurant sur des terres inconnues. Mieux se connaître pour devenir plus efficace en tout et avec les autres. "D'abord se connaître soi-même pour mieux connaître les autres" dixit un autre adage-kyokun de l'art de la main de Chine ;-)

Alors, être ou avoir été, telle est la question...

Bonne pratique à toutes et à tous et surtout, quoiqu'on vous dise, que vous puissiez lire, voir ou entendre, restez bien sur vos gardes ;-)

* Henry Plée, pionnier des arts martiaux en France, véritable homme de connaissance et transmetteur; auteur de trois ouvrages magistraux sur notre thématique favorite.

** Choki Motobu (1870-1944), maître okinawaïen célèbre pour sa vaillance et sa passion innée pour le combat, issue de la famille royale d'Okinawa, il ne cessa de valider par ses propres expériences & recherches l'efficacité sous toutes ses formes, allant à l'encontre des mystifications et détournements de l'art originel, terriblement redouté par tous ses homologues contemporains.